Accompagnements pendant la période de confinement

//BILAN CONFINEMENT// 

📰Compte tenu de l’actualité, et afin de ne faire courir aucun risque à mes patients, à moi-même, à ma famille, j’ai pris la décision de fermer mon cabinet de consultation depuis ce lundi 16 mars au matin, jusqu’à nouvel ordre, et de ne proposer plus que des séances Skype, Whatsapp ou téléphoniques.

💻Ce mode de fonctionnement n’est pour moi pas nouveau, puisque, comme vous pouvez le voir sur le graphe, près d’un tiers des séances de cette semaine était d‘ores et déjà planifié « à distance ».
En effet, parmi les personnes que j’accompagne en Préparation Mentale et en développement personnel, certaines habitent loin d’Aix-en-Provence, d’autres sont en déplacement, d’autres préfèrent, pour raisons personnelles, être accompagnées de chez eux.

📊Le premier bilan que je peux tirer de la fermeture de mon cabinet est que plus des 2/3 des personnes qui avaient un rendez-vous au cabinet ont accepté volontiers de « tester » l’accompagnement à distance. Le retour, fait en fin de séance avec eux, est que cela leur a convenu !
Seul moins d’1/3 pour l’instant a décidé de reporter, le « temps d’en connaître la durée » ou « le temps de s’organiser avec la famille, les enfants ».
Car OUI, même en période de confinement, de ralentissement ou d’arrêt de son activité, le MENTAL, ça se travaille!💪🧠😀

💡Vous l’avez compris pour les semaines à venir : mon cabinet restera bien entendu fermé.
Néanmoins, mon cabinet « à distance » continue de vous accueillir, à toute heure de la journée ou de la soirée, en fonction de votre organisation, du lundi au vendredi.

Faisons tous en sorte que cette période se vive pour le mieux et protégeons les personnes qui nous sont chères.

Merci de votre fidélité, Prenez Soin de Vous 🙏

Au plaisir de vous lire, vous entendre, vous voir …😀

Webcours mars 2020 – DU Préparation Mentale Clermont-Auvergne

Quelle grande Joie d’avoir animé ce midi et pendant 1h30 un Webcours avec 8 étudiants du « Préparation Mentale, Interventions et Aide à la Performance » de l’UFR STAPS de Clermont-Auvergne, Promotion 2020. 💪🧠😀

Lire la suite

Extrait émission C Dans l’Air, « Violences sexuelles, la face cachée du sport »

Hier soir dans l’émission « C Dans l’Air », le sujet était « Violences Sexuelles : la face cachée du sport ».
Émission très riche d’éléments pour mieux comprendre ce qu’il peut se passer dans le milieu sportif.

Voici ici un extrait où Béatrice Barbusse, Maître de conférences en sociologie à l’Université de Créteil et ancienne handballeuse de première division, explique comment la Préparation Mentale est indiquée pour limiter certaines souffrances des sportifs de haut niveau :

💬« Dans tous les sports on a une culture très viriliste de la production de la performance, très viriliste et doloriste, doloriste c’est-à-dire l’exaltation de la douleur. Il faut souffrir pour avoir une médaille, il faut souffrir pour être champion du monde, il faut souffrir pour progresser. Non pas seulement souffrir physiquement, mais aussi souffrir mentalement. Et aujourd’hui, d’ailleurs, on voit aussi que cette question de la maltraitance mentale des sportifs de haut niveau est dévoilée et un peu remise en cause aujourd’hui. Il y a un mode de management et de production de la performance qui est d’une violence… »

💬« Ça a toujours été le cas (NDLR : de dissocier la performance sportive de la souffrance), sauf qu’aujourd’hui, il y a des voix qui s’élèvent pour dire que l’on peut produire de la performance autrement, et c’est pour ça qu’on intègre de plus en plus dans les staffs ce que l’on appelle des Préparateurs Mentaux ou des psychologues qui vont permettre d’essayer d’atténuer ces souffrances-là que nous avons tous rencontré quand on a fait du sport de haut niveau »

💬« Moi, la première chose qui m’a fait arrêter (NDLR : le handball), c’est cela. J’en avais assez de souffrir physiquement et mentalement. Je considérais que le jeu n’en valait pas la chandelle. Cette culture de la performance va évoluer, elle évolue déjà. Les modes de management sont différents. On va de plus en plus vers une implication du sportif dans son projet sportif. Donc il faut déviriliser le sport de ce point de vue-là et montrer qu’il y a d’autres manières d’y parvenir. »

Comment la Préparation Mentale peut aider un athlète qui a des peurs ?

Suite à une chute cet hiver au saut à la perche, le recordman du monde de décathlon, Kévin Mayer, dit avoir un blocage mental*.

J’ai régulièrement des demandes en Préparation Mentale sur la gestion des émotions, et notamment celle de la peur, après un moment traumatisant :

  • de jeunes gymnastes qui tremblent à chaque fois qu’elles doivent remonter sur la poutre,
  • des athlètes qui reprennent leur activité suite à une grosse blessure,
  • des kitsurfers ou flyboarders qui, après avoir violemment frappé la surface aquatique, n’osent plus monter si haut avec leurs engins ou tenter une figure,

Les solutions ne sont pas magiques, mais en Préparation Mentale, les laisser s’exprimer, les faire expliciter sur ce moment, les faire travailler en Imagerie Mentale ou en Hypnose leur permet souvent de rendre neutre l’évènement du passé et de repartir avec de nouvelles sensations à la conquête d’une nouvelle expérience.

*Article parue dans l’équipe à lire par ici : https://www.lequipe.fr/Athletisme/Actualites/Kevin-mayer-revele-un-gros-probleme-mental-a-la-perche/

Interview « Huffpost », Moldavie-France: comment rester motivé quand on est champion du monde

Merci au journaliste Vincent Gibert du Huffpost pour avoir interviewé deux préparateurs mentaux, Florent Duchesne (Préparateur mental Flow) et Pier Gauthier, à propos de la motivation.  Nous fournissons dans cet article des réponses à utiliser aussi bien en sports collectifs qu’en sports individuels.

Retrouvez tout l’article du HuffPost sur la préparation mentale dans le haut niveau, en particulier dans le football : « Les bleus lancent leur campagne de qualification pour l’Euro 2020. Deux préparateurs mentaux décryptent les nouveaux objectifs qu’ils doivent se fixer …« .


Vidéos : Comment améliorer son dialogue interne en 4 étapes ?

Parmi les habiletés mentales à travailler en préparation mentale, il y a le dialogue interne, c’est-à-dire ce que l’on se dit à voix basse ou dans sa tête.

L’une des clés de ce travail est de comprendre comment nous fonctionnons à l’intérieur, et l’impact de ce que l’on se dit sur notre attitude, nos gestes.

Je vous propose ici une vidéo en 2 parties pour vous permettre de comprendre et d’améliorer votre dialogue interne, à travers l’exemple d’un accompagnement effectué avec un des meilleurs jeunes de la ligue de Provence de tennis en 2018, mais qui, bien entendu, peut s’appliquer dans n’importe quel sport.

Vidéo 1ère partie : comprendre l’impact de ce que l’on se dit

Savez-vous ce qu’il se passe lorsque nous nous parlons en « négatif », avec des « Ne… Pas » dans nos phrases ? Par exemple, lorsque « je ne veux pas faire ceci », ou que « je ne veux pas qu’il m’arrive cela » ?

Regardez plutôt :


Avant de passer à la suite, testez cela, éprouvez-le dans votre quotidien, observez autour de vous ce qui est dit, ce que vous entendez (dialogue externe) et les conséquences que cela a sur les acteurs concernés : « Ne tombe pas ! », « N’oublie pas tes clés ! », …

Une fois convaincu(e), des solutions existent pour changer cela.

Vidéo 2ème partie : 4 étapes pour améliorer votre dialogue interne

Voilà quelques points importants que je vous propose pour changer durablement les choses en transformant positivement le cours de ce qui vous tient à cœur :


Comme vous pouvez le constater, cela est simple, ludique, et peut vraiment changer votre quotidien.

Connaître cela est déjà un premier pas, l’appliquer c’est mieux ! Sinon cela restera à l’état d’information et ne changera pas en profondeur celui/celle que vous êtes… Aussi, je vous souhaite d’en faire bon usage en répétant régulièrement ces étapes avec de petits objectifs au quotidien.


Et lorsque le dialogue interne est tourné vers du « Faut…que je… » : que faire ?

Voici la question d’une étudiante en Préparation Mentale sur la page Facebook lors de la diffusion de ces vidéos :

« J‘ai une petite question. Concernant ceux qui ont un dialogue interne très tourné sur l’aspect : « Faut que je …. » peut on considérer que cela soit limitant également. Je rencontre pas mal de retour comme cela et souvent c’est limitant et négatif. »

=> Il est important de repérer dans l’échange avec la personne accompagnée les verbes « devoir », « falloir », « vouloir », « pouvoir » et leurs expressions dérivées « il faut que », « c’est nécessaire », « avoir à », « être obligé de », « être contraint », … Ils sont appelés, en PNL (programmation neuro-linguistique), des opérateurs modaux de nécessité. Et ces opérateurs énoncent des règles dont certaines sont indispensables et utiles, et d’autres qui interdisent tout épanouissement car exprimant une croyance…
Une question qui peut être posée dans ce cas-là pour vérifier si c’est aidant ou limitant pour la personne accompagnée est :
« Qu’arriverait-il sinon ? »

« Super merci Florent pour cet éclaircissement. Pour le moment, j’étais dans le questionnement suivant auprès de mes athlètes : est ce que cela correspond à ce que tu veux toi ? Qu’est ce que tu veux dans cette situation ? Dans mon intention, c’était de vérifier si le sportif joue sa vie entre guillemet. Cette question donne tout son sens effectivement. Merci. A bientôt. »

=> Très bon choix de questions ici de la part de l’étudiante. J’aime beaucoup le « à ce que tu veux toi? », car une hypothèse peut être aussi que le sportif le fait pour quelqu’un d’autre (entraîneurs, parents, conjoint, …) !


Vous voulez en savoir + ? Vous avez des questions ?

Pour d’autres photos, vidéos et articles inspirants, je vous suggère de vous abonner à ma page Facebook.

Et en cas de questions ou de demandes de renseignements complémentaire, je me ferai un plaisir de répondre à tout mail envoyé à : contact@preparateur-mental-flow.fr

« Si vous pensez que vous êtes battu, vous l’êtes », ou un peu de poésie inspirante

Par Walter D. Wintle, Thinking

If you think you are beaten, you are

If you think you dare not, you don’t.
If you’d like to win, but you think you can’t,
It is almost a cinch that you won’t.
 

If you think you’ll lose, you’re lost
For out of the world we find
Success begins with a fellow’s will
It’s all in the state of mind.

If you think you’re outclassed, you are
You’ve got to think high to rise.
You’ve got to be sure of yourself before
You can ever win the prize.

Life’s battles don’t always go
To the stronger or faster man
But sooner or later the man who wins
Is the one who thinks he can!

Si vous pensez que vous êtes battu, vous l’êtes
Si vous pensez que vous n’osez pas, vous n’oserez pas
Si vous voulez gagner, en pensant ne pas le pouvoir

Il est presque certain que vous ne le pourrez pas.

 

Si vous croyez que vous allez perdre, vous êtes vaincu
Parce qu’au-delà de l’existence, nous découvrons que la volonté d’une personne engendre le succès

Tout dépend de son état d’esprit.

Si vous croyez que vous êtes inférieur, vous l’êtes

Vous devez penser grand pour vous élever

Vous devez avoir confiance en vous,

Avant même de gagner un prix.


Les batailles de la vie,

Ce ne sont pas toujours les plus forts, ni les plus rapides qui la gagnent,

Mais tôt ou tard, l’homme qui remporte la victoire

Est celui qui pense qu’il en est capable.

Décryptage du cadre de référence d’un Préparateur Mental en 10 points

A partir de l’interview* parue hier dans l’Est Républicain de mon confrère Gilles Séro

J’ai eu envie de vous proposer un décryptage rapide en 10 points sur le cadre de référence d’un Préparateur Mental (« PM »). Gilles Séro est intervenant en Préparation Mentale à l’AS Nancy Lorraine (Football Ligue 2),

  1. Le PM ne prend pas le boulot de l’entraîneur : chacun a son rôle à jouer,
  2. Le PM précise le cadre de son intervention dès la 1ère séance,
  3. Le PM recevra l’athlète plusieurs fois : ce n’est pas magique !,
  4. Le PM ne travaille avec l’athlète que s’il y a adhésion de sa part,
  5. Le PM effectue un travail en profondeur avec l’athlète,
  6. Le PM n’est pas un gourou ni un sorcier,
  7. Le PM est dûment formé,
  8. Le PM ne parle pas de l’enfance ou de l’éducation de l’athlète et ne reste que sur l’aspect sportif,
  9. Le PM n’assiste pas forcément aux compétitions, et sait rester à sa place,
  10. Le PM n’est pas responsable du résultat d’un athlète ou d’une équipe.

*Vous retrouverez l’intégralité de l’interview ici :

https://www.estrepublicain.fr/sport-lorrain/2018/03/27/gilles-sero-preparateur-mental-je-ne-suis-pas-un-gourou-ni-un-sorcier

Des phrases qui boostent votre Mental !

Parce qu’un dialogue interne positif permet de se dépasser, vous trouverez ici des citations inspirantes afin de, toujours plus, « Booster votre Mental » !

le + : Vous pouvez également vous abonner à la page Facebook « PreparateurMentalFlow » sur laquelle vous trouverez des articles, des vidéos et des exemples concrets de ceux qui réussissent…

Lire la suite

Mental dans le rugby : et si l’on s’inspirait de ce qui se fait de mieux à l’étranger ?

Voici en extrait le retour de Simon Barrué-Belou, prépa physique et kiné français, qui fait le point sur le fonctionnement des staffs professionnels en Nouvelle-Zélande. Intéressant, non ?

Extrait :

« Rugbyrama: Vous parlez beaucoup d’innovation et d’ouverture vers les compétences extérieures. Pouvez-vous l’illustrer ?

Simon Barrué-Belou (prépa physique et kiné du Stade Toulousain):
Les néo-zélandais ont bien compris qu’il fallait utiliser de nombreux supports et compétences à son service afin de simplement limiter au maximum la part aléatoire. Ensuite, il y a une place importante donnée à la préparation mentale, au développement personnel et à la prise en compte de tout l’environnement des joueurs. On peut voir par exemple, dans des staffs, une personne en charge du développement personnel qui est à temps plein dans le club. Mais également des préparateurs mentaux qui interviennent beaucoup sur ce qu’ils appellent des « mental skills », du travail d’imagerie motrice, de visualisation, etc.
Ils ont des créneaux de travail individuel ou par groupe de joueurs au cours de chaque semaine.  »

Article intégral dans rugbyrama.fr

Retrouvez l’article complet ici :

https://www.rugbyrama.fr/rugby/prepa-physique-un-frenchy-chez-les-kiwis-episode-1_sto6664814/story.shtml